couverture lestée
Quel est le poids d’une couverture lestée ?
juillet 19, 2023
Punaise de lit à Annecy : Comment s’en débarrasser efficacement ?
décembre 26, 2023

Comment faire face aux pertes immobilières ?

déficit foncier

déficit foncier

Dans le cadre de l’investissement locatif, les propriétaires ont droit à des déductions d’impôt sur le revenu s’ils enregistrent une perte sur leur bien. Cela permet au propriétaire de déduire une partie des coûts des revenus du bien, augmentant ainsi la valeur de ce dernier.

En quoi consiste un déficit foncier ?

Le déficit foncier est un dispositif fiscal qui permet de réduire l’impôt sur le revenu d’un propriétaire lorsque les dépenses déductibles sont supérieures aux revenus générés par le bien. Lorsqu’un propriétaire loue un bien immobilier, il ne peut pas récupérer certaines dépenses (telles que les taxes foncières et les charges de copropriété) auprès de ses locataires. À la fin de l’année fiscale, si le total des dépenses déductibles du propriétaire dépasse le revenu brut de la propriété, celle-ci présente un déficit. Dans certains cas, ce déficit peut être imputé sur le revenu brut ou sur le revenu foncier afin de réduire vos impôts. Par ailleurs, la réduction d’impôts via le déficit foncier peut se simplifier à l’aide de Gridky, une plateforme dynamique vous permettant de bénéficier de l’accompagnement de vrais spécialistes du secteur. Ces derniers possèdent les compétences et les moyens efficaces pour vous aider à sélectionner le bien idéal et éligible au déficit foncier.

Quand un déficit foncier se produit-il ?

Pour qu’un propriétaire puisse bénéficier d’un déficit foncier, trois conditions doivent être remplies :

  • Le bien doit être un bien d’habitation;
  • Le bien doit être loué au plus tard le 31 décembre de la troisième année qui suit la survenance du déficit foncier ;
  • Le propriétaire doit payer des impôts fonciers.

Quelles dépenses puis-je déduire de mes revenus immobiliers ?

Toutes les dépenses ne peuvent pas être déduites du revenu. Voici quelques exemples des principales dépenses déductibles :

  • Les dépenses non financières;
  • Les dépenses liées à l’exploitation de votre bien ;
  • Les honoraires de l’agent immobilier;
  • Les assurances : assurance incendie, assurance contre les inondations, assurance contre les arriérés de loyer, etc. ;
  • Les taxes et frais de location : taxes foncières, taxes d’équipement, etc. ;
  • Les améliorations : installation de nouveaux équipements dans votre logement ou adaptation de celui-ci à la vie moderne ;
  • Les frais financiers.

Comment se calcule un déficit foncier ?

Lorsqu’un propriétaire déclare un déficit sur un bien immobilier, celui-ci est déduit de ses revenus, mais les conditions varient en fonction de la nature du déficit. Suite à la promulgation de la loi Elan en novembre 2018, le plafond de déficit foncier a été relevé de 10 700 € à 15 300 €. En principe, le calcul du déficit foncier se fait en deux étapes.

Déduire les frais financiers

Dans un premier temps, les frais financiers sont déduits des revenus fonciers :

  • Si le résultat est négatif : le déficit est déduit des revenus fonciers des 10 prochaines années;
  • Si le résultat est positif : le déficit n’est pas déduit des revenus fonciers.

Déduire les charges non financières

Ensuite, après avoir déduit les frais financiers, on déduit les frais non financiers.

  • Si le résultat est négatif : vous pouvez imputer jusqu’à 10 700 € sur votre revenu global;
  • Si le résultat est positif : pas de déficit.